L’église Saint Martin de Ferrières

L’église Saint Martin de Ferrières

L’église primitive du 11ème siècle est du ressort du Seigneur de Gournay. Quant à la paroisse, elle fait partie du diocèse de Beauvais jusqu’au Concordat signé par Bonaparte et le Pape Pie VII en 1802.

L’édifice, déjà profondément remanié aux 13ème, 15ème et 16ème siècles, est presque entièrement reconstruit en 1864. Le clocher axial et central, qui menaçait de s’écrouler, est supprimé ; il est remplacé par une tour carré surmontée d’une flèche hexagonale, à l’entrée de la nef. Sa base est aménagée en porche ; un modeste transept est ajouté à la nef. On peut encore y voir trois plaques mortuaires : dans l’aile sud, celle de Pierre de Gueudré ; dans l’aile nord, celles des barons Jacques et Adalbert de la Chaise, anciens seigneurs et propriétaires du château du Manais.

Côté sud, l’autel de la chapelle de la Vierge est orné de quatre colonnettes enlevées aux autels situés autrefois à l’entrée du chœur. Côté nord, la chapelle est dédiée à Saint Martin, patron de la paroisse. Le chœur , du 15ème ou 16ème siècle, est la partie la plus ancienne de l’église ; il est éclairé par trois fenêtres gothiques de création récente. Les autres fenêtres de la nef et du transept sont étroites et romanes.

Tous les vitraux, en dalles de verre éclaté, ont été exécutés par Bernard Legrand en 1957. Ils évoquent les passages les plus marquants de la Bible jusqu’à la Résurrection du Christ, au centre de la fenêtre du transept sud. Entre 1966 et 1968, le sanctuaire et la nef sont de nouveau restaurés et réaménagés dans l’esprit de la réforme liturgique et de Vatican II, et en harmonie avec les vitraux, sous l’impulsion du Père Michel Cousineau et avec le concours des paroissiens. Les lambris des murs teintés de fraîche date et le berceau en lamelles de bois datent du 19ème siècle. En revanche, les bancs de la nef ont été acquis à l’époque où le Père Cousineau était curé de Ferrières. L’orgue, fabriqué en 1866 par l’Abbé Isidore Duchemin, a été restauré en 1929 par M Henri Firmin, facteur d’orgues à Paris-Granville, et en 1989 par MM Gervais, père et fils, facteurs d’orgues à Rouen. Les 8 stalles (il y en avait 18 à l’origine) proviennent de l’église Notre-Dame de Gournay, détruite après la Révolution. La chaire a appartenu à l’église Saint-Hildevert…La preuve nous en est donnée par des gravures antérieures à la Révolution, qui nous la montrent dans la collégiale de Gournay-en-Bray.

468 ad